Soleil mouvant

Publié le par Aiolos

 


L'oeil splendide

De nos cieux quitte le jour 

Fantômes vermeils

Et mon coeur s'oublie...



P1030195.JPG

 

 

 

P1030197-copie-1.JPG

 


Les prairies ondulent sous le vent...

 

 


P1030361.JPG

 

 

 


 

 



 


Publié dans Paysages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hécate 17/10/2012 18:25


J'étais à lire Verhaeren, un poème sur le "Meunier" que tu dois connaître..."..son coeur avait longuement écouté...bouches d'ombre et d'or...aux attentifs d'éternité...les grands courants qui
traversent tout ce qui vit / Etaient, avec force entrés dans son esprit....Le vent passait comme quelqu'un..."


Ah!....Aile du Vent....Je rêve....

Hécate 13/09/2012 14:46


De nuages en paysages


   Il va le Vent


Il vagabonde, il voyage


Des fleurs l'amant volage


Dans le vaste ciel sans fin


Toujours par mille chemins


   Il vole le Vent...


 


Comme une vive morsure


Comme un doux murmure


Il passe, il va, il vient


    Inlassable


    Impérissable


 


    Il est lumière


    Il est prière


        Le Vent...


 


Aux terrasses en mal d'espoir


Quand tombent certains soirs


Quand se taisent les étoiles aux cieux


Le Vent se terre, le Vent est silencieux...


 


Comme de douces tristesses


   Dans les feuillages


   Dans les herbages


Se glissent ses caresses


 


Comme le bonheur


Comme les heures


    Il passe le Vent....

Aiolos 19/09/2012 19:54



Salut Hécate ! Mais où toi tu traînes ?  ! 



Plume à l'Encre Criée 22/08/2012 16:52


Dans chacune de tes photographies, je retrouve un sentiment particulier qui pourrait s'apparenter à de la plenitude ou de la sérénité...


Je me retrouve dans ton regard simple, et j'adore cette sumplicité si fondamentale qu'elle en est cruciale... ! ! !

Aiolos 24/08/2012 17:52



Oh, Plume, rouge comme une pivoine je suis ! Merci et un sourire je te fais...



Hécate 29/06/2012 19:19


J'ai grand plaisir de ton ....La bise je te fais !

Hécate 29/06/2012 13:43


" Nuages qui passez pour ne plus revenir ,


           Nuages ,beaux nuages,


Vous ressemblez aux coeurs amoureux des voyages


           Qu'on ne peut retenir .


 


Vous ne vous mêler point avec ceux de vos frères


Dont la foudre envieuse appesantit les flancs,


Un par un ,vous glissez là-haut ,sveltes et blancs


Et l'air bleu teint les bords de vos formes légères " .( Charles Guérin  ,27 avril 1906 )


 


J'ai ouvert ce livre ,et j'ai lu ces vers...par hasard . J'ai aussitôt pensé :mais c'est tellement bien avec les ciels d' Aiolos !!!!

Aiolos 29/06/2012 18:42



Merci beaucoup Hécate ! Un lorrain en plus (Lunéville). Merci pour le partage : "Un par un, vous glissez là-haut". Un  je te fais !